Tél. : 1-450-444-7644  Sans frais : 1-855-944-7644

EN

Hommage à l'amour

2016-01-14
Famille

Par Danièle Starenkyj

amour couple homme femme amoueux conjoint chum jacynthe rené

QUAND ON N’A QUE L’AMOUR1…

Un Kyoto pour l’amour Danièle Starenkyj© 2016 www.publicationsorion.com

Le protocole de Kyoto, cet accord entre les pays sur la lutte contre le changement climatique signé en 1997, se voulait un accord pour lutter contre tout ce qui est généré par les humains et qui perturbe le climat. Bien sûr, le souci des pays impliqués était tout autant humain que climatique, les gaz à effet de serre perturbant de plus en plus, à force de catastrophes, les activités économiques des sociétés, et menaçant en fin de compte la vie même des pays industrialisés. Signature, ratification, mise en place, mise en vigueur… Le temps passe. Les conférences se multiplient … Les cataclysmes aussi, et, sinistre réalité, il devient « normal » dans certains pays de porter un masque pour ne pas suffoquer.

À la suite de la Première Guerre mondiale, un philosophe, Herman de Keyserling, ayant « psychanalysé » l’Europe2, faisait le constat que le nouveau monde qui venait de naître de cette conflagration mondiale, courait un danger dont peu de gens se doutaient : « Ce danger, c’est que l’amour risque de mourir sur terre. » L’amour entre un homme et une femme, « cette œuvre d’art créée pour des motifs spirituels », n’est plus à la mode, protestait-il, et faisant un tour du monde, il rapportait : En Espagne et en Italie, l’amour n’est généralement que passion ; en Allemagne, s’il n’est pas grossier, il est sentimentalisme outré ; en Angleterre, il est anaphrodisie ; en Russie, il a été «scientifiquement » déclaré « invention du capitalisme » ; dans tout l’Orient, on le considère comme chose si peu importante que l’on n’a pas à axer sa vie sur lui…

En avril 2007, en faisant campagne pour la présidence de la France – ce vieux pays déclaré en 1930 par Keyserling comme « le dernier asile de l’amour » -- une femme (Ségolène Royal) soulevait l’enthousiasme et nourrissait l’espoir de la jeune génération en proclamant, entre justice et morale, trois non : «Non au string qui dépasse du pantalon ; non à la pornographie dans la publicité ; non au bizutage3. »

Donc non au désamour.

Non à la mode pornographique. Non à l’utilisation marchande de la pornographie. Non aux brimades pornographiques. Non à cette haine en liberté. Non à ce camp de concentration de l’amour où se produisent «virtuellement » contre les femmes, les hommes et les enfants de toutes les races des atrocités dignes des camps de la mort… mais, dites-moi, avec quels espoirs de libération quand les accros de la porno sont des millions à s’en repaître chaque jour pendant plusieurs heures ?

Dans ce vaste laboratoire odieux où se concocte, depuis maintenant de nombreuses décennies, une sexualité « libre » qui réclame le droit d’être de plus en plus « libre », les cobayes sont les femmes, les hommes, et les enfants. Mais on a beau retirer aux humains le privilège de la tendresse, il demeure que, de façon inamovible, hommes et femmes sont essentiellement des créatures façonnées pour l’amour. Et dans ce destin glorieux, la femme -- aimée de l’homme et aimant l’enfant -- reste le maillon privilégié.

Il nous faut de toute urgence un Kyoto pour l’amour. Pire que les gaz à effet de serre qui menacent notre survie, le désamour étouffe notre identité humaine. Et les sécheresses d’une telle désaffection, les inondations, tempêtes, ouragans, glissements de terrain, raz de marées, famines, et maladies infectieuses de ce désintérêt, ont déjà trop profondément affecté notre tissu social, familial, personnel.

Les poètes nous le chantent depuis longtemps : Il est difficile d’aimer… mais aimer d’amour vrai est la seule mission humaine qui fait de celui qui en est passionné un visionnaire noble et honorable…C’est le seul chemin sur lequel on peut commencer la poursuite du bonheur pour le trouver. L’impossibilité d’accueillir l’amour demeure au XXIe siècle, la clé d’une incapacité à vivre, et le fondement de toute maladie névrotique. Un auteur, le Dr R.A. Lambourne, a déclaré formellement : «Vous saurez que vous êtes devenu vous-même quand vous aimerez et serez aimé. »

Il faut mettre fin au duel mortel qui oppose les hommes aux femmes et les femmes aux hommes. Certes, les hommes ne comprennent plus les femmes, mais les femmes ne se comprennent plus, non plus. On voudrait mettre en veilleuse que la vie -- votre vie, ma vie -- est le résultat de l’union intime du principe masculin et du principe féminin. On voudrait douter que chacun a reçu le privilège d’assumer l’un ou l’autre principe avec joie et bonheur. On ne voit plus que la puissance virile et la douceur féminine donnent à l’existence sa majesté et sa beauté, et que combinées, unies, fusionnées, elles sont aussi la possibilité, et l’éternité de l’amour4.

L’amour est un don. L’amour est une grâce. L’amour est un art.

Nous avons tous le talent de l’amour. Il est temps de le reconnaître.

Car quand on n’a que l’amour… on a tout, on est tout, on peut tout5. Danièle Starenkyj© 2016 www.publicationsorion.com

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯

1. Titre d’une chanson de Jacques Brel.

2. Keyserling H. de, Analyse spectrale de l’Europe, Gonthier, 1930.

3. WWW. RFI.FR, Débat Sarkozy-Royal.

4. Starenkyj D., Ce que cœur de femme veut, Orion, 2012.

5. Ce texte est le premier d’une nouvelle série sur les besoins d’amour du couple, et les moyens véritables de les combler.

photo, Mariphotographie

Danièle Starenkyj

Devenir Parent

Commentaires (2)

*Vous devez être abonné avant de voir ou d'écrire un commentaire
jmagazine
©2017 Jmagazine - Tous droits réservés